Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

andreas-eric-ausseil-oeuvres

andreas-eric-ausseil-oeuvres

Vous laissez voyager à travers le temps parmi mes œuvres peintes, dessinées ou écrites, de 1985 à maintenant. Des traits aux mots, du mouvement au vocable, de la couleur au signe, de simples ponctuations à suivre ou à poursuivre.


Réponses et Retours (10) - H. RAYON - a - Poésie 02-1992 réécriture 2019-2021

Publié par Eric sur 1 Mars 2021, 19:23pm

Réponses et Retours (10) - H. RAYON - a - Poésie 02-1992 réécriture 2019-2021
H. RAYON - a

Il y avait de la souffrance qui pouvait être lue dans l’amplitude de ses gestes. Une lumière fugitive s’étirait, recouvrant cet espace infime, si léger, parmi les traits tirés et ovoïdes de ses paupières silencieuses qui s’entrouvraient peu à peu.

D’autres émotions s’animaient.

Comme des étoffes soyeuses, ses rêves dans ce sommeil qui l’étreignait solidement créaient des images plus palpables avec les senteurs d’origines de la peau qu’elle avait étreinte en d’autres nuits que celle-ci.

                                               L'échiquier est maintenant placé

                                               Avec son monde qui s’éploie en son centre

                                               Où ses histoires sont mues

                                               Par l’agitation fébrile de la page nue

Qu’elle palpe maladroitement.

                                               Elle est si blanche que le regard

Parmi tous ces reflets élancés s’y aveugle.

Ses mains s’attachent et s’agrippent

Autour du manche d’où les gouttes purpurines

A la pointe effilée de la plume s’emperlent

Et s’égouttent violettes et troubles.

                                              

                                               Elle déplace fébrilement l'échiquier  

Les pions qu’elle a pris soin de former

Se casent un à un sur le damier noir et blanc

Le vent soufflète une légère brise

Faisant frémir la peau nacrée

Dans ce mélange d’odeurs subtiles

Que la sueur sous la ligne ovale

Des seins fait s’éventer

Jusqu’à faire résonner la sensation olfactive

De ses narines

Créant alors une pulsion immédiate

Et les gestes à venir

De tout son corps à nouveau agité.

 

L’image solitaire a trouvé maintenant son double

Qui se reflète démultipliant ses ombres et ses mirages

Opalescent puis fluide c’est son corps qu’elle retrouve

En ce miroir d’où s’échappe

Le reflet agile et souple

De la silhouette folle

Qu’elle aima tant

De celle contre qui

Elle déployait alors

Les palmes affutées de ses doigts

Aux ongles nacrées et reluisants

Qui sondaient les pores fiévreux de la peau.

 

S’enveloppant autour de la musique douce que la brise fait résonner                                

Entre le rêve et l'imaginaire

                                               Voici qu'elle

                                                           Invente d'autres jeux…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents